Ce site utilise des cookies pour l'améliorer. Continuer la navigation sur ce site implique votre acceptation.

 

Simon Jean-Paul

simon

Naissance : 16 octobre 1950
Décès : 7 mai 1991 à Metz (57000), FRANCE
Notes :
deux enfants :
gilles, Jean-Christophe

OBSEQUES DU CHEF D'ESCADRONS SIMON
ALLOCUTION DU LIEUTENANTCOLONEL BOULERY
Commandant le MR 6 4ème Régiment de Hussards
Madame, mes amis, souvenons nous

Notre camarade est né le 16 Octobre 1950 en Moselle. Il est appelé le 2 Décembre 1971 au 150° Régiment d'Infanterie de VERDUN et reçoit son galon de Sergent le 1er Juin 1972. Titulaire du CMI, il s'engage sur place le 30 Novembre 1972 et obtient en 1974 son CT1 puis son BMP1 Commando motorisé. Son esprit de discipline, sa valeur et ses résultats lui permettent d'être admis le 3 Septembre 1975 à l'Ecole Militaire de STRASBOURG. Il est promu Sergent-chef le 1er Octobre 1975 et rejoint l'Ecole Militaire Inter-armes de COETQUIDAN le 2 Septembre 1976. Au cours de ces cinq premières années de service, le Sous- officier SIMON n'a jamais cessé d'être motivé et de donner le meilleur de lui-même. Ses excellentes appréciations en témoignent. Son épouse depuis le 6 Septembre 1974 sait aussi quelle a été alors sa détermination constante et ferme. Ses notes de sortie d'Ecole lui permettent de choisir l'Arme Blindée Cavalerie.
En Ecole d'application, le Sous-Lieutenant SIMON se distingue par sa rigueur, son sens du terrain et ses qualités d'instructeur et d'organisateur. Il est jeune papa lorsqu'il rejoint le 3° Régiment de Dragons de STETTEN. Régiment qu'il servira jusqu'au 1er Août 1983. Son autorité sa ténacité, son rayonnement et son souci du facteur humain sont alors particulièrement appréciés. Il est promu Capitaine le 1er Août 1982 alors que Jean-Christophe, son dernier enfant a déjà plus d'un an. Affecté au 4° Régiment de Dragons le 1er Août 1983, le Capitaine SINON tient successivement emploi d'adjoint puis de commandant d'unité de chars, avant d'être appelé au bureau Instruction. Dans toutes ces fonctions il s'est constamment montré ferme, calme,animé du meilleur esprit, s'attachant à progresser et à s'imposer. C'est un Officier de valeur, trés sur et solide, aux qualités nombreuses, unanimement apprécié de ses chefs, de ses camarades et de ses subordonnés. De Février à Mai 1984, il participe brillamment à l'opération MANTA; le Général BECHU lui attribue alors un témoignage de satisfaction pour sa contribution déterminante au succés de l'opération; son efficacité, son sens aigu du commandement et son souci de la mission sont cités en exemple.
Le Capitaine SINON rejoint le 4° Régiment de Hussards/GMR 6 le 1er août 1988. Chef du bureau Instruction, il s'engage d'emblée dans une action ferme, dynamique et sereine. Homme de contact et de conviction, déterminé et perspicace, il fait montre d'esprit vif, d'organisation et d'efficacité. C'est un responsable de grande valeur, avisé et apprécié, chaleureux et loyal, qui rend en tous domaines les meilleurs services, et qui mérite sans réserve sa promotion de Chef d'Escadrons le 1er Juillet 1989.
Chevalier de l'Ordre National du Mérite, titulaire de la Médaille d'Argent de la Défense Nationale et de la Médaille d'Outre—Mer, le Chef d'Escadrons SINON nous quitte aujourd'hui aprés vingt ans de service actif.
Madame, Gilles, Jean-Christophe, vous ses parents et ses amis, sachez que votre mari, votre père, votre fils avait su gagner notre estime et faire notre admiration. Nous lui sommes grés d'avoir eu cette présence, cet excellent esprit d'équipe et surtout cette trés haute conception du métier militaire, bien nécessaires à ceux qui s'attachent à servir sans défaillance et sans réserve.
Mon Commandant, cher camarade, cher ami, vous qui ne manquez tant depuis ce jour où vous m'avez appris votre maladie, je tiens à vous exprimer devant tous mes trés vifs remerciements pour ce que vous m'avez donné et pour ce que vous avez fait pourle Régiment.
Au moment de vous dire au revoir, vos camarades et vos chefs, trés nombreux ici rassemblés, vous adressent leur salut, salut de soldat que nous sommes fiers de vous rendre devant votre famille.

Beneteau Bernard

beneteau

 

Décès : février 1991 à Angers (49000), FRANCE

Notes : OBSÈQUES DU CHEF D'ESCADRON BENETEAU
ALLOCUTION DU GÉNÉRAL DE DIVISION STEHLIN
Commandant l'École d'Application du Génie

Chef d'Escadron BENETEAU
Dans quelques instants les honneurs militaires vous seront rendus en dernier hommage de l'Armée que vous avez servie pendant presque 20 ans.
20 ans au cours desquels vous avez connu la condition du militaire du rang engagé, celle du sous-officier jusqu'au grade de Sergent Chef avant de réussir à l'E.M.I.A. et d'accéder à l'épaulette d'officier.
20 ans au cours desquels vous n'avez mérité que des éloges de vos chefs et qui attestent votre réussite sur le rude chemin que vous aviez entrepris, qu'attestent vos affectations en École dont la plus prestigieuse celle de COETQUIDAN, qu'attestent enfin le qualificatif d'exceptionnel attribué à votre temps de commandement de Capitaine au 68ème RA.
Vous étiez bien parti pour franchir l'ultime obstacle sur la voie de la réussite, c'est à dire l'École de Guerre, fabuleuse récompense, fabuleux aboutissement pour l'artilleur du rang que vous étiez déjà. Mais la maladie vous a frappé et vous a contraint à un nouveau combat, mais autrement plus terrible. Vous avez lutté avec le courage et opiniâtreté qui vous étaient connus.
Elle vous a terrassé. Et aujourd'hui l'École est en deuil.
Elle l'est à vos côtés Madame.
Nous savons avec quel courage vous avez accompagné votre mari dans sa lutte contre la maladie. Cela ne rend que plus cruel le déchirement que vous vivez et je n'ai pas de mots pour vous exprimer ce que nous ressentons devant vous. Nous ne pouvons que vous offrir à vous et à vos enfants l'amitié chaleureuse des cadres de cette École que votre époux avait su conquérir
Qu'elle vous soit si possible un réconfort, quelle vous apporte l'entraide dont vous aurez besoin dans le meilleur esprit qui doit unir les soldats.
Adieu mon Commandant BENETEAU, l'Armée et l'École sont fières de vous avoir compté dans leurs rangs.

Richard Dominique

richard

 

Décès : 21 septembre 1991 à Haguenau (67500), FRANCE
Notes : OBSEQUES DU CAPITAINE RICHARD
ALLOCUTION DU COLONEL DOIREAU
Commandant le 54° Régiment de Transmiss:ions
Nous voici rassemblés pour rendre les derniers honneurs au Capitaine RICHARD qui a décidé de nous quitter ce Samedi 21 Septembre.
Mon cher RICHARD, arrivé au régiment dés sa création, vous aviez gagné la sympathie et l'affection de tous vos compagnons d'armes.
Votre excellente éducation, votre disponibilité et votre esprit d'équipe m'avaient conduit à vous confier dés mon arrivée le poste difficile d'Officier Adjoint.
C'est dire que vous m'étiez proche et je sais que vous étiez de ceux pour qui le mot "devoir" avait un sens. La mort a été plus forte que la fraternité et l'amitié qui vous liaient à vos camarades.
Elle a été plus forte que l'affection confiante que je vous portais.
A vous, membres de sa famille, je tiens à vous exprimer de la part des cadres et transmetteurs du Régiment notre sentiment de profond désarroi et à vous dire combien nous prenons part à votre douleur.
Capitaine RICHARD, le 54° Régiment de Transmissions que vous avez servi avec tant d'enthousiasme se souviendra.
Il vous salue et vous dit "Adieu".

Guilluy Philippe

guilluy

Décès : 9 mars 1989 à Djibouti, République de Djibouti

Philippe a été déplacé en 1992 sur Vannes, au cimetière de Calmont

Juste après le carré militaire, au milieu de la deuxième rangée.
Vous trouverez trois livres de marbre avec chacun une photo :
  • l’un à gauche pour Michèle Jaffré première épouse de Gérard Pistolet,
  • un autre à droite  de Philippe Guilluy
  • et un autre au centre du Lieutenant-Colonel Gérard Pistolet décédé en février 2006.

 

Notes :

Trois enfants Virginie, Laurent et Vincent

OFFICIER DE RESERVE EN 1974 AU 410 RAMA, NOTRE CAMARADE PHILIPPE GUILLUY, APRES SON PASSAGE A COETQUIDAN CHOISIT A NOUVEAU L'ARTILLERIE.
EN SEPTEMBRE 79,APRES UNE ANNEE D'APPLICATION A DRAGUIGNAN,IL PART POUR TREVES (RFA) ET Y RESTERA JUSQU'EN AOUT 81.EN SEPTEMBRE DE CETTE MEME ANNEE, IL DECOUVRE LE SENEGAL OU IL SERT A L'ASSISTANCE MILITAIRE TECHNIQUE.SA GENTILLESSE ET SA DISCRETION LUI FONT GAGNER RAPIDEMENT L'ESTIME ET LA SYMPATHIE DE TOUS, MARSOUINS COMME SENEGALAIS, ET SES BONS SERVICES DANS CE PAYS LUI VALENT D'ETRE FAIT OFFICIER DE L'ORDRE DU LION,
ORDRE NATIONAL SENEGALAIS.
IL EFFECTUE SON TEMPS DE COMMANDEMENT DE 1984 A 1987 AU 41°REGIMENT D'ARTILLERIE DE MARINE DE LA FERE,AVANT DE REJOINDRE DJIBOUTI LE 18 SEPTEMBRE 1987 OU IL SERVIRA PRESQUE DEUX ANNEES AU BUREAU OPERATIONS INSTRUCTION DU REGIMENT COMME OFFICIER ARTILLERIE ET BUDGET.
NOTRE CAMARADE VENAIT DE PASSER AVEC SUCCES L'EXAMEN DU DIPLOME TECHNIQUE ET SA TENACITE NE POUVAIT QUE LAISSER ENVISAGER LA POURSUITE
D'UNE CARRIERE EXEMPLAIRE. IL ETAIT A QUELQUES MOIS DU RETOUR EN FRANCE.
IL REPOSE DESORMAIS AU CIMETIERE DE HAUBOURDIN, NON LOIN DE LILLE.

Teyssere Pascal

teyssere

Naissance : 9 juin 1952
Décès : 7 août 1987 à Vesoul (70000), FRANCE
Notes :

Extrait du texte du capitaine (TA) Pierre GROS rédigé en août 1987 pour l'album promotion capitaine de BELSUNCE 10 ans après.

Capitaine Pascal TEYSSERE (09 juin 1952 - 07 août 1987)
En juillet 1987, j'écrivais que notre promotion avait la chance inestimable d'être toujours complète dix ans après sa sortie de Coëtquidan.

Malheureusement, quelques jours plus tard, notre camarade TEYSSERE nous quittait le 07 août des suites d'une maladie grave au centre hospitalier Paul-Morel à Vesoul.

Ses obsèques religieuses ont été célébrées en l'église de Confracourt (Haute-Saône) le mardi 11 août à 16 heures en présence d'un piquet d'honneur du 1er régiment de dragons de Lure, d'une importante délégation du 19ème régiment d'artillerie, du 74ème régiment d'artillerie et de l'école d'application de l'artillerie de Draguignan.

Il repose depuis au cimetière de Vauconcourt (Haute-Saône), village où habite sa maman (entre Gray et Combeaufontaine).

Pour mémoire, à l'issue de l'année d'application à l'école d'application de l'artillerie de Draguignan, notre camarade TEYSSERE a d'abord servi au 4ème régiment d'artillerie à Laon, de 1978 à 1982, comme chef de pièce Pluton et chef de section de transport et de sécurité, ensuite au 15ème régiment d'artillerie à Suippes, de 1982 à 1985, comme adjoint à la BCS et, enfin, au 19ème régiment d'artillerie à Draguignan en tant qu'adjoint de la 12ème BIE dont il avait pris le commandement le 11 juillet 1986.

Mon cher Pascal, toi qui nous as quittés trop tôt, nous ne t'oublierons pas !

Pierre GROS.

Vous êtes ici : Accueil Décédés